Toutes les catégories Klaviyo À propos de la législation anti-pourriel du Canada

À propos de la législation anti-pourriel du Canada

À propos de l'ACSL

La CASL est une loi fédérale canadienne qui vise à protéger les consommateurs contre les pourriels, les menaces électroniques et autres utilisations abusives de la technologie numérique.

La CASL couvre tous les messages électroniques commerciaux (MEC), c'est-à-dire les messages qui

  • Sont dans un format électronique (par exemple, les courriels, les messages SMS/MMS, les messages de médias sociaux et les messages instantanés).

  • sont envoyés à une adresse électronique (par exemple, un compte de messagerie électronique, un compte téléphonique, un compte de messagerie instantanée et tout autre compte similaire)

  • encouragent la participation à une activité commerciale (par exemple, des offres d'achat ou de vente de produits, de biens et de services ou la promotion de produits, de biens, de services, de personnes ou d'entreprises).

Les trois principales exigences de la CASL auxquelles vous devez vous conformer lorsque vous envoyez des CEM sont les suivantes :

  1. Obtenir le consentement

  2. fournir des informations d'identification

  3. fournir un moyen de se désabonner ou de ne plus recevoir de messages.

Les amendes pour violation de la CASL peuvent atteindre 1 million de dollars par infraction pour les particuliers et 10 millions de dollars par infraction pour les entreprises. Les particuliers et les entreprises (y compris leurs administrateurs, dirigeants et autres agents) peuvent être tenus responsables des violations de la CASL.

En vertu de la CASL, vous devez obtenir le consentement approprié des destinataires des CEM. Dans la section suivante, Klaviyo examinone ce que signifie ce consentement.

Le consentement : Exprès ou implicite

La CASL prévoit deux types de consentement : exprès et implicite. La CASL repose principalement sur le consentement exprès, ce qui signifie que toute personne à qui vous envoyez un message doit choisir de participer à ce canal, à quelques exceptions près. Vous devez également tenir un registre de tous les consentements obtenus en vertu de la LSA (c'est-à-dire indiquer quand et comment le consentement a été obtenu).

Consentement explicite

Le consentement exprès signifie que quelqu'un vous a dit explicitement que vous pouviez lui envoyer un message. Elle peut le faire verbalement, par écrit ou en s'inscrivant via un formulaire, mais elle doit effectuer une action positive pour indiquer son consentement. Si vous demandez le consentement au moyen d'une case à cocher, celle-ci doit être décochée par défaut.

Les demandes de consentement doivent inclure : 

  • Une explication claire et concise de la raison pour laquelle vous obtenez le consentement.

  • une description des types de messages que vous allez envoyer

  • votre nom (ou le nom de votre entreprise) et vos coordonnées (adresse postale valide et adresse électronique, numéro de téléphone ou adresse Internet)

  • une déclaration indiquant que le destinataire peut retirer son consentement à tout moment.

Lorsqu'une personne donne son consentement pour un type de CEM, cela ne signifie pas que vous pouvez lui envoyer des messages par un autre canal. Par exemple, si une personne accepte de recevoir des e-mails de votre marque, cela ne signifie pas qu'elle accepte de recevoir des SMS, des médias sociaux ou des messages instantanés.

Le consentement explicite n'expire pas, mais les destinataires peuvent retirer leur consentement à tout moment.

Certains types de CEM (comme les SMS) nécessitent toujours un consentement exprès. Cependant, d'autres (comme le courrier électronique) autorisent le consentement implicite dans certaines conditions.

Consentement implicite

La CASL n'autorise le consentement implicite que dans certaines situations.

La première situation, la plus notable, est celle où vous avez une relation commerciale existante avec le destinataire. C'est le cas, par exemple, s'il a acheté un produit, un bien ou un service auprès de vous, s'il a accepté un accord commercial ou un investissement avec vous ou s'il a conclu un contrat écrit avec vous - tout cela au cours des deux dernières années - ou s'il s'est renseigné sur un produit, un bien ou un service auprès de vous au cours des six derniers mois.

Il en va de même lorsqu'une personne a une relation non commerciale existante avec le destinataire. Par exemple, il y aura consentement implicite s'il a fait un don ou du bénévolat auprès de votre organisation caritative ou politique enregistrée au cours des deux dernières années.

Un autre scénario dans lequel le consentement implicite peut s'appliquer est celui d'une personne qui rend son adresse électronique publiquement disponible en la publiant sur un site web, et qui n'inclut pas de déclaration indiquant qu'elle ne veut pas recevoir de CEM à cette adresse.

Contrairement au consentement exprès, le consentement implicite peut expirer. Lorsqu'il y a une période de temps associée au consentement implicite, si le destinataire n'a pas "renouvelé" son consentement implicite pendant cette période (par exemple, en achetant à nouveau chez vous), le consentement implicite expire et vous n'êtes plus autorisé à envoyer des CEM à ce destinataire.

En raison de la complexité du consentement implicite, Klaviyo vous recommande d'obtenir le consentement exprès de tous les destinataires auxquels vous prévoyez d'envoyer des CEM. Le consentement explicite est requis pour envoyer des messages SMS et MMS en utilisant Klaviyo SMS.

Exigences supplémentaires en vertu de la CASL

Outre l'obtention du consentement, la CASL exige que les informations suivantes soient incluses dans chaque message :

  • Votre nom commercial, s'il est différent de votre nom (sinon, identifiez votre nom) et le nom de toute autre personne au nom de laquelle vous envoyez le message.

  • Les informations de contact, qui doivent inclure :
    Une adresse postale valide (qui doit être valide pendant au moins 60 jours après l'envoi de votre message).

  • Au moins un des éléments suivants

  • une adresse électronique

  • une adresse Internet

  • Numéro de téléphone pour joindre un agent ou un système de messagerie vocale

  • Un mécanisme de désabonnement (par exemple, un lien de désabonnement, un "texto STOP pour se désabonner", etc.)

Vous devez inclure ces informations, ou un moyen d'obtenir rapidement ces informations, dans chaque CEM. Dans les e-mails, l'approche typique consiste à ajouter ces détails au pied de page. Pour les messages SMS et MMS (et les autres CEM où il n'est pas possible d'inclure ces informations dans le corps du message), la méthode typique consiste à ajouter "Info :" suivi d'un lien vers une page web contenant ces informations à la fin de chaque CEM.

Meilleures pratiques

Bien que la CASL ne l'exige pas explicitement, il existe quelques bonnes pratiques que vous pouvez suivre lorsque vous envoyez des CEM :

  • Incluez au moins un lien vers votre site web

  • Envoyez vos messages entre 9 h et 20 h, heure locale du destinataire (pour les SMS et les messages directs) ; utilisez les heures de silence pour les flux afin d'empêcher automatiquement l'envoi de SMS en dehors de ces heures.

  • N'utilisez pas d'expressions spammy dans vos messages ou dans les lignes d'objet des e-mails, par exemple "argent gratuit".

  • Apportez de la valeur - chaque CEM doit être utile au destinataire ; si ce n'est pas le cas, les abonnés se désabonneront probablement.

  • Évitez d'envoyer beaucoup d'émojis et d'utiliser des acronymes, sauf si vous savez que votre public les comprend ou y réagit positivement.

  • Ne surchargez pas les destinataires avec trop de messages ; par exemple, utilisez Smart Sending pour limiter la fréquence à laquelle une personne peut recevoir des messages via un certain canal.

Exemptions de la CASL


Certains types de CEM sont exemptés de la CASL et ne sont pas soumis aux exigences décrites ci-dessus. Les types de CEM suivants sont exemptés de la LCSA :

  • Les messages envoyés en réponse à une plainte, une question ou une demande du destinataire, ou les messages qui sont autrement sollicités par le destinataire (c'est-à-dire l'exemption de " réponse par courriel ").

  • Envoi de certains messages transactionnels
    fournir des informations sur la garantie, le rappel, la sécurité ou la sûreté d'un produit ou d'un service acheté par le destinataire

  • Notifier ou donner des informations factuelles sur un compte, une adhésion, un achat, un abonnement ou toute autre relation continue, y compris la livraison de mises à jour ou de mises à niveau de produits.

  • donner un devis ou une estimation pour un service, un produit ou un bien
    la confirmation, la facilitation ou l'achèvement d'une transaction commerciale que le destinataire a accepté de conclure.

  • Messages envoyés à un employé ou à un consultant de votre entreprise ou d'une autre organisation avec laquelle votre entreprise entretient une relation préexistante, si le message concerne les activités de l'organisation qui le reçoit.
    les messages envoyés par des organismes de bienfaisance enregistrés ou des partis ou organisations politiques pour collecter des fonds ou solliciter des contributions

  • les messages envoyés pour remplir une obligation légale, pour informer d'un droit, d'une obligation judiciaire ou légale, ou d'une ordonnance du tribunal, en cours ou existants, ou pour faire appliquer une ordonnance judiciaire, une ordonnance du tribunal ou un droit légal.

  • Les messages envoyés par une personne qui croit raisonnablement que le message sera consulté dans un pays étranger, à condition que le ou les messages soient conformes aux lois anti-pourriel de ce pays.

  • les messages envoyés par un individu à un destinataire individuel avec lequel l'expéditeur a une relation personnelle ou familiale.

Il est également important de noter que les messages purement transactionnels (par exemple, les messages confirmant un achat, un abonnement, une livraison, etc.) qui ne comportent pas de contenu publicitaire ou promotionnel sont exemptés de l'exigence de consentement de la CASL, mais pas des exigences relatives aux informations d'identification et au mécanisme de désabonnement décrites ci-dessus.

Envoi à des destinataires canadiens en utilisant Klaviyo

Lorsque vous envoyez des messages à des destinataires canadiens à l'aide de Klaviyo, il est important que vous respectiez également les conditions de service et la politique d'utilisation acceptable de Klaviyo, qui, dans certains cas, sont plus strictes que les exigences de la CASL. Par exemple, pour envoyer des SMS et des MMS à des destinataires en utilisant Klaviyo SMS, vous devez obtenir un consentement explicite.

Cet article était-il utile ?